Couture française Produits personnalisés Boutique zéro-déchet Créations pour tes minis 

Il était une fois, dans ma salle de bain zéro déchet

Pourquoi avoir écrit cet article ? Tout simplement dans l’intention d’éclairer un peu plus ta lanterne, te rendre service, de faire gagner du temps, t’amener un angle de vue différent ! 

Bref, je m’explique. Quand je me suis lancée dans l’aventure zéro déchet il y a maintenant quelques années, j’ai parcouru le net afin de trouver les (bonnes) informations qu’il me fallait pour comprendre le concept, comment tout cela fonctionnait, quelle organisation adopter et surtout vers quels produits me tourner. Et ce travail, et bien ce n’était pas de la tarte !

J’aurais tellement aimé tomber sur un blog regroupant toutes les réponses aux nombreuses questions que je me posais au moment. Cela m’aurait économisé pas mal d’énergie et surtout pas mal de temps. C’est vrai qu’au début, on fouille un peu à droite à gauche pour prendre connaissance de ce qu’il se fait, mais c’est bien aussi de pousser la réflexion, de comprendre d’où viennent nos produits et quels impacts ils ont sur notre corps. Mais pas que, sur notre environnement aussi. Et oui, ça compte tout autant, non ? 

À l’heure où le système de consommation est de plus en plus controversé, il est peut-être judicieux de prendre un petit peu de recul et de voir comment réaliser les bons choix. 

Après tout, si le bénéfice final du changement de consommation permet de faire une pierre deux coups, pour son bien-être personnel, faire quelques économies et en plus de ça prendre soin de la planète et donc nos générations futures… Pourquoi s’en priver ? 😛 

Allez, c’est parti, rentrons dans le vif du sujet ! Qui l’aurait cru ? Voilà quelques années que le rayon des protections en hygiène féminine n’a plus la cote. Nous sommes de plus en plus nombreuses à adopter les protections dites lavables et donc réutilisables, pour le plus grand bien-être de notre petite intimité !

Adieu serviettes et tampons jetables à la composition plus que douteuse, voire carrément opaque, qui pourrait engendrer on ne sait quel effet indésirable nocif sur notre précieuse santé. Pour rappel, on compte en moyenne 2250 jours de cycle dans notre vie, autant de jours que d’opportunités où ces protections nuisibles sont au contact de notre peau et de nos muqueuses fragiles. 

Tu l’auras compris, il est temps de faire une petite place dans sa salle de bain pour accueillir les alternatives saines et écolo, parmi elles, je cite : les serviettes hygiéniques et protège-slip lavables (SHL / PSL pour les intimes !) sans oublier la fameuse cup (mais en ce qui la concerne, nous y reviendrons dans un prochain post)

Ici, tu vas découvrir : combien tu pourrais économiser en adoptant du réutilisable, pourquoi tu vas avoir envie de changer tes pratiques, et enfin comment ça marche en pratique. Bonne lecture !

Calculer ses économies

Concrètement, j’économise combien ? En voilà une question intéressante que tu as eue raison de te poser. Cela fait probablement plusieurs années que tu utilises des protections périodiques jetables et je suis bien contrainte de t’avouer que c’est autant d’argent que de déchets que tu as mis à la poubelle. Dommage quand tu pourrais mettre quelques centaines d’euros dans ta tirelire chaque année pour préparer ce super voyage dont tu rêves depuis toujours. Bonne nouvelle du jour, les protections réutilisables coûtent moins cher que les jetables ! #dansedelajoie 

Ajoute à ces économies les euros épargnés dûs aux coûts cachés liés aux menstruations… Pense à ces draps tachés du mois dernier, ou à cette magnifique petite culotte que tu adorais tant, mais en vain… Irrécupérable après plusieurs lavages. Allez, tout ça c’est du passé, maintenant tu as l’opportunité de redresser la barre et de t’offrir le top du confort.

Il faut généralement compter 3 cycles de règle, soit 3 mois pour rentabiliser l’investissement dans des protections lavables. D’autant plus que tu peux les garder plusieurs années, tel un vêtement classique finalement. Simple, pratique et efficace.

Si tu es curieuse : un très bon calculateur d’économie ici

Envie de changer ses pratiques ?

Une habitude c’est facile à changer, pour l’améliorer au top du top 😉

Bon pour toi et pour la nature : Faire le choix judicieux d’adopter des protections réutilisables, c’est cumuler les bonus. En effet, tu vas entrer dans une démarche où tu vas réduire considérablement ta consommation. À toi les économies, mais à toi également l’assurance d’un esprit tranquille en utilisant des produits sains et en prime ta bonne conscience de préservation de l’environnement en réduisant majoritairement tes déchets et donc la pollution ! 

Au cours d’une vie, on utiliserait entre 10.000 et 15.000 produits d’hygiène féminine qui sont finalement jetés… D’un point de vue mondial, ce sont 1447 serviettes qui sont jetées chaque seconde, soit un rapport de 45 milliards par an. Des chiffres affolants, d’autant plus quand on sait qu’ils ne pourront être correctement recyclés, par exemple, les applicateurs en plastiques des tampons ne sont pas acceptés par les organismes de recyclage pour des raisons sanitaires… Et je passe les détails sur les protections jetées dans les évacuations sanitaires qui finissent dans les océans quand le système d’égout est défaillant. (Consommation en direct ici)

Confort et sécurité, le point noir du jetable : Et oui, le plus gros constat que l’on puisse facilement faire avec les protections jetables fièrement exposées dans les immenses rayons dédiés de nos supermarchés n’est autre que : les fameux problèmes d’allergie de contact, d’irritation et de confort causant mycoses et autres réjouissances. 

Rassure-toi, si cela t’est déjà arrivé, sache que nous sommes 30 % des femmes en France à avoir connu ce désagrément. Un chiffre qu’il ne faut pas banaliser. 

Petite info supplémentaire : les serviettes jetables contiennent en bonus des substances toxiques nocives, mais on note également la présence d’additifs tels que les parfums, ou colorant. Pour information, certaines de ces substances peuvent se fixer dans les tissus humains (c’est le cas du BHT). Ces derniers sont responsables de nombreuses allergies et on est en droit de se questionner sur leur réelle utilité ? Du côté des tampons, le risque de perte de fibres lors du retrait n’est pas exclu pour certaines marques, ce qui occasionne bien sûr des démangeaisons, irritations, mycoses et dans une certaine mesure des infections à répétition. Alors les filles, si ce n’est pas une priorité pour les industriels de prendre soin de notre corps, et bien prenons notre pouvoir de décision en main et choisissons ce qui est le meilleur pour nous !

Se tourner vers les produits naturels : Il faut donc que tu saches après tout cela, que la composition des protections réutilisables à été pensée pour te vouloir du bien et que du bien. Tout d’abord, la matière première utilisée est, le coton. Une matière des plus saine et respirante employée dans bien des produits grâce à ses jolies propriétés.

La principale étant qu’il est très absorbant, permettant d’absorber jusqu’à 8,5 % de son poids en eau (pas mal !), de cette façon, cette fibre végétale est généralement utilisée pour tout ce qui concerne le linge de bain.

De même, le coton est également résistant aux fortes températures, on préférera tout de même les cycles en machine à 30° ou 40 °C afin de préserver l’intégrité des tissus, sans risques de déformation des produits.

Tu dois savoir également que la plupart du temps, le coton utilisé pour confectionner ces protections est bio, certifié par le label Ecocert GOTS, et oui ! Alors qu’a-t-il donc de plus que les autres cotons ? D’une part, il est produit par de petits producteurs équitables (et ça, c’est top) mais en bonus, sa production est réalisée sans OGM et sans pesticides. 

C’est une bonne nouvelle, car ces cultures biologiques opèrent dans le respect de la nature, mais surtout dans le respect de ta peau. (ils sont naturellement anallergiques)

Et les autres composants alors ? Deux autres : le tissu nommé PUL. C’est la pièce importante qui joue un rôle essentiel dans la protection lavable, celui de la couche imperméable, sans laquelle nous aurions quelques soucis de fuites. Il s’agit donc un interlock léger en polyester, lui-même ensuite d’une fine pellicule de polyuréthane.

Ce tissu répond à la norme Oeko Tex 100, un label européen garantissant l’absence de produits chimiques dans le matériau en sa totalité. (encre des motifs, fils…)

En somme, ces deux certifications Oeko Tex 100 et GOTS garantissent à elles-deux l’aboutissement d’un produit naturel, sain et écologique assurant toute la douceur et l’affinité possible avec la peau et les muqueuses de ton corps. 

En bref, tu peux y aller les yeux fermés 😉

Déjà adepte des protections réutilisables ? Je n’ai qu’une chose à te dire. Bravo ! Tu contribues à faire chaque jour un geste pour l’environnement en réduisant tes déchets et en plus tu prends soin de toi et de ton corps et ça, c’est super chouette ! Peut-être souhaiterais-tu un complément d’un dispositif intra-vaginal ou une alternative à ce dernier, compléter ta collection ou remplacer ton stock qui a déjà bien vécu ? Dans ces cas-là, on serait ravis de t’accompagner avec nos produits, tu peux jeter un coup d’œil et te laisser tenter ici !

En pratique, comment ça marche ?

Rassure-toi, c’est super simple, pratique et efficace ! Je te laisse lire « Le petit guide des protections lavables Sandorina » pour devenir une adepte des SHL (Serviette Hyigènique Lavable) et des PSL (Protège-Slip Lavable) !

Et toi, t’en est où ? Comme toujours, j’ai hâte de lire tes petits messages, à ton claviers, raconte-moi tes péripéties ! 

À bientôt, Sana.

Deviens l’amélioration de toi-même !

SANA

Plein d'autres créations pour toi

  • 13.5021.90

Recherche ce que tu veux !

Les recherches les plus populaires

Accepte les supers cookies Sandorina en sirotant une bonne tasse de thé.

Les cookies me permettent d’améliorer mon site et de te proposer du contenu personnalisé sur les annonces que tu vas retrouver sur internet, histoire de te faire un petit clin d’oeil. Promis, ces cookies je les garde tous pour moi.